Guilde JDR serveur Kirin Tor (Horde)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le dernier boagari (Partie Finale)

Aller en bas 
AuteurMessage
Bogar Boagari

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 24/10/2018

MessageSujet: Le dernier boagari (Partie Finale)   Lun 26 Nov - 23:47



"Chez les trolls, y'a les vainqueurs et les perdants. Les perdants meurent, et les vainqueurs s'élèvent."











Avançant à travers les fourrés, le jeune Bogar arriva enfin devant l’arène, de nombreux guerriers et parle-loa invités pour l’occasion.
Mais alors qu’il pénétrait dans l’édifice, une main l’arrêta net. C’était son père.
-Un bon à rien. Tu vas faire quoi ? Tenter de tuer ton frère et t’accaparer un titre que tu ne mérites pas ? Tu me déçois, petit troll.
-Mais papa…
-JE T’INTERDIS DE M’APPELER AINSI !
Une violente gifle envoya le petit troll par terre, la joue en sang.
-Tu n’as pas l’âme d’un guerrier. Ni l’âme d’un zandalari. Tu es l’échec qui aurait dû mourir à sa naissance. Si ta mère n’avait pas été là, je t’aurais volontiers jeté aux mosasaures, ou offert à Bwonsamdi.
-Assez ! Boo’gati, le grand-père, s’interposa et frappa de son bâton le grand troll et releva son protégé. Tu n’as aucun droit ici, je reste chef de clan, retourne à ta place et laisse le combat parler !
Fou de rage, le troll s’exécuta.
-Tu as réussi à survivre au repos des rois ? Bravo mon petit ! Et je vois que Sal’azim t’as offert sa dague, c’est un honneur sans pareil, tu sais ?
Le petit troll regardait la dague, fier. C’était la première fois qu’on lui faisait confiance.

Mais très vite, le gong raisonnait. C’était l’heure du combat.
Déjà dans l’arène, son frère en armure l’attendait, muni d’un glaive de guerre traditionnel.
-Hé, Bogar ! T’as vu ?! Papa m’a offert cette armure ! T’as aucune chance !
-Je...on doit se battre à mort, frérot. Mais promis, je t’en voudrai pas ! Après tout, c’est ce que papa veux…
-T’es pas sérieux ?! c’est un honneur de mourir dans une arène ! Tu vas voir, même si je perd, j’entrerai dans la légende !
-…Alors en garde, Dazango !

Les deux frères foncèrent l’un contre l’autre. Aussi dure qu’était la tradition, ils avaient tous deux un idéal commun.





==================================================================================
Des années plus tard…

Chevauchant son ptérosaure au dessus des vastes étendues des tarides, Bogar quittait les conseils avisés de la chamane, enfermé dans ses tourments. La vision de son ami tétanisé de peur à sa vue, cette vision qu’il avait juré de combattre toute sa vie…
-Plus vite !
la tempête qui sévissait au dessus des mers du sud le trempait. Il avait retiré son armure et l’avait laissé sur le dinosaure, alors que son loup restait assis derrière lui.
Finalement, entre deux percées entre les nuages, il vit son pays natal, et son cœur se noua. Tenant fermement la lance qu’il avait fabriqué de son bâton, il était prêt à venger l’honneur de son clan.

-Luu’nah Boagari, vous êtes accusée de collaboration avec les trolls de sang. Qu’est ce que la défense, elle a à dire ?
La trollesse bien en âge regardait l’intérieur du temple avec peine. Les fidèles amis de la famille, la soutenant, ne pouvaient interférer avec la voix d’un grand-prêtre. Il arborait le masque de son loa, Bwonsamdi, avec un sinistre qui lui était propre. On le surnommait Mal’baké, le croqueur d’âmes.
-Mensonges ! Les boagari défendaient Zandalar bien avant votre naissance, notre honneur vous ne nous le prendrez pas !
-Et pourtant les preuves sont là. Nous avons retrouvé un autel de sang dans votre demeure !
Hurlant au dessus de la foule, Ba’bakool, un ami proche de la famille, faisait monter sa voix contre l’accusateur.
-Vous avez manigancé cela depuis longtemps, Grand prêtre ! Vous jalousez le sceptre de Zul’salam ! Vous ne l’aurez jamais, même si on doit tous mourir !
-Mourir ?....Je vous condamne à l’exil. Que les sables engloutissent votre trahison !
-Et le roi ?! Il nous défendrait si il voyait ce procès ! Il défend ses guerriers !
-Le roi n’a que faire de ces trahisons puériles. Chevaucheurs, larguez-les en plein désert, et que les Sephraks aient pitié de vous !

Soudain, les portes de la salle partirent en lambeaux, des lames d’air les ayant tailladé. Bogar avançait, tatoué des peintures de guerre du chef des Boagari et armé de sa lance.
-MAL’BAKE ! TU ME VOULAIS ?! JE SUIS LA !!!
Riant aux éclats en écartant les mains, le grand prêtre scrutait derrière son masque d’os le troll, venu sans armure.
-Bogar Boagari. Le fils renié de son père et exilé. Ta parole ne vaut rien ici. Tu es venu ici sans aucune défense, et la sentence t’emportera aussi.
-Je suis le dernier héritier du clan Boagari, défenseurs de Zandalar. Je revendique mon droit de sang, et est venu te planter le bâton de mon grand-père dans ton cœur de glace !

Fonçant et hurlant tête baissée, Bogar était en quête de vengeance.

==================================================================================
Des années plus tôt…

Le petit Bogar arrivait à parer les coups de son frère, usant de la magie des airs pour le tenir en respect. Mais Dazango revenait à chaque fois plus déterminé, réussissant à le désarmer.
-Allez Bogar, bat-toi sérieusement !
-Mais je me bat sérieusement !
Soudain, un violent coup d’épée trancha la chair des cotes du petit troll, s’écrasant. Dazango le tenait en respect.
-J’suis désolé petit frère. Mais j’ai pas le choix.
-Au moment ou le petit troll s’apprêtait à trancher la tête du blessé, une violente onde de vent le repoussa, alors qu’une énergie parcourait le corps de Bogar.
« Je retire ce que j’ai dit sur toi. Tu es brave, petit troll. »
Garashi, esprit du raptor, lui avait offert sa bénédiction. Ses plaies se refermèrent, et une puissance antique investissait l’enfant.
S’élançant et mettant à terre son aîné, il pointa le cou de son frère. Leur père, bouche bée devant le retour de situation, voyait rouge.
-Vas-y Bogar ! Tu as ta chance ! Hurlait son grand-père.
-N…non…
La foule en délire hurlait sur le petit troll
« Tue-le ! T’as gagné, il sert plus à rien ! Prend ton titre et fais-lui bouffer ta dague ! »
-NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !
Hurlant, les vents se déchainèrent, alors que la foule ne disait plus rien. Seule celle de son père résonnait.
-Tu me fais l’affront de ne pas vouloir le tuer ?! Mais qu’est ce que j’ai raté chez toi ?!
-Je…Il a perdu…c’est plus la peine de le tuer ! Je veux pas tuer, je veux que tout le monde vive en paix !
Son frère reculait en rampant, horrifié par son frère. Il avait peur de lui, et ce visage le hanterait jusqu’à la fin de ses jours.
-Je…je veux pas que les gens aient peur de moi ! Je veux pas être comme vous à vouloir tuer ! Je veux…JE VEUX DEVENIR QUELQU’UN DE BIEN !!!
Grognant et se retirant, il ne restait plus bientôt que Bogar dans l’arène. Son grand-père s’approchait doucement.
-C’est vraiment ce que tu veux petit… ?
-Oui… des larmes de tristesse coulaient sur ses joues. Je veux que les gens m’apprécient…je veux les protéger…je veux que mon père soit fier de moi…mais il ne le sera jamais.
Le prenant sur ses genoux, Boo’gati lui tendit son bâton, orné d’un petit crâne de navrecorne.
-Prend-le petit…Tu es digne de le porter. Un jour tu mèneras les nôtres. Et ce jour là j’espère que ton père verra enfin le grand troll que tu es.

==================================================================================
Des années plus tard…

Le grand-prêtre, d’un revers de main, envoya Bogar sur le mur, l’enfermant dans une prison de mauvais vaudou.
-TRAITRE ! SORS MOI DE LA ET VIENT TE BATTRE !
-Mon pauvre Bogar…j’ignore ce que tu as fait, mais même les esprits qui t’accompagnaient s’en sont allés. Tu es forcément coupable de quelque chose, pour avoir perdu tes pouvoirs aussi subitement…
Sa mère le regardait.
-Tu…tu es revenu… ?
-Je…je suis venu te sauver…toi et tous ceux qui nous soutiennent contre ce serpent à sonnette…
Les gardes les ligotèrent de la tête au pied et les mirent sur des Ptérosaures, les laissant regarder une dernière fois le prêtre. S’avançant doucement vers Bogar, il lui arracha sa défense gauche, hurlant dans un bain de douleur et de sang.
-Je garde ceci…afin de m’assurer que le gardien du sceptre me laissera passer…allez, je ne veux plus les voir.

Hurlant le nom du grand-prêtre une dernière fois, le troll et sa famille survola le continent, avant de se faire lâcher dans le vide, se précipitant vers une mort certaine.

==================================================================================



Le petit troll avait préparé sa barque ainsi que ses affaires, traversant la baie et ajustant la voile de l’embarcation de fortune. Bientôt Pa’ku lui prêta de l’aide dans son voyage. Déchirant les vagues devant lui, perdu et fasciné par l’inconnu, le petit Bogar traversait un vaste océan, et son long périple commença.
Sortant la tête du sable, il toussa de tout son long, sa défense arrachée lui faisant horriblement mal. Autours de lui, le soleil frappait sur les ossements d’immenses dinosaures. Autours de lui, le cadavre sans vie de sa mère gisait. Il fonça sur elle et pleurait toutes les larmes de son corps, se déshydratant. Il était seul, comme quand il s’était perdu au milieu de ce vaste océan.
Autours de lui les cadavres de ses frères et sœurs gisaient, morts. Si le roi avait été au moins au courant de l’accusation, jamais il n’aurait laissé faire une chose pareille.
Mais désormais il était seul.

Lentement mais sûrement, il utilisa la robe déchirée de sa mère pour se faire un turban afin de se protéger de ce soleil, brûlant sa peau et son cœur.

Il était devenu le dernier Boagari.



















Bonus :

Le loup hurlait, caché dans les fourrés par son maître depuis plusieurs jours, se nourrissant de quelques charognes. Le ptérosaure quand à lui dormait comme à son habitude. 3 esprits apparurent devant les deux compères, 2 trolls et un Sephrak.

« Si personne ne vient en aide au petit, alors nous basculeront nous aussi dans l’oubli. »
« Mais que faire ? » sifflait le Sephrak.
Garashi forma un écho, une vision spirituelle renfermant le destin de Bogar avant de la sceller dans les yeux du loup.
Humba’ba s’avança alors, caressant le ptérosaure et murmura :
« Par pa’ku, amène ce loup d’où venait Bogar. Peut-être que quelqu’un l’a connu au-delà de l’océan. »
« Et si ce message ne sert à rien ? »
« Alors Bwonsamdi se moquera de nous pour l’éternité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le dernier boagari (Partie Finale)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé partie XXVI et impressions
» Mission 6 : Rira bien qui rira le dernier !
» Partie hordes : Yann vs fx
» Scénario pour la prochaine partie SDA ?
» Comment charger une partie en pgn de l'ICCF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escadron Loups de Guerre :: Activité jeu de rôle de la guilde :: Récits Rp divers-
Sauter vers: