Guilde JDR serveur Kirin Tor (Horde)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Chroniques de Korgena

Aller en bas 
AuteurMessage
Korgena Blancrin
Admin
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 21/11/2016

MessageSujet: Les Chroniques de Korgena   Mar 20 Nov - 10:25


Un silence pesant s’était installé dans le grand hall du fortin nain, tous regardaient la silhouette massive et voutée, penché sur le corps inerte de l’orque, Dragosh serrait sa fille contre lui en marmonnant une berceuse.

Tous l’avaient redouté sans vouloir émettre cette terrible conclusion, la possibilité que la vendetta de Raïla l’ait conduite à sa perte.

Korgena n’arrivait pas à se sortir cette image de la tête, même des heures après, de retour au camp. Elle fixait les étoiles, allongée dans les ruines de la tour sur sa couche de fortune, le sommeil ne venait pas malgré la fatigue du combat.

Dragosh était parti, brisé, cette fissure dans son esprit qu’elle avait pressentie depuis des jours avait fini par céder net, ne laissant que la dévastation dans son sillage. Il était parti en laissant Kodash en charge.

Korgena aurait voulu le retenir, retarder sa décision mais quelque chose en elle lui intimait de se taire, de le laisser partir.
Ladokh et Dragosh partis, les deux Orcs qui lui avaient donné sa chance avaient quittés l’escadron tous deux pour des raisons bien différentes, l’une pleine d’espoir et l’autre l’avenir chargé de nuages sombres.

La jeune chamane était chamboulée, perturbée, ses repères s’envolaient les uns après les autres et elle sentait un poids se déposer sur ses épaules, un poids sous la forme d’une carapace de tortue. C’était bien plus qu’un objet, c’était un symbole, une passation qui allait bien au-delà de ses propres ambitions.

“Tu te fais pas chier quand même, le vieux...” Elle gronda en se relevant, un doute désagréable lui courrait sur l’échine, elle devait discuter, laisser couler tout cela avant de perdre pied.

L’eau dont elle avait fait sa maitrise, n’était pas seulement un élément qui guérissait le corps, elle pouvait guérir les âmes pour celui ou celle qui saurait y faire couler ses sentiments. En se glissant discrètement hors du campement c’est précisément ce qu’elle comptait faire.

Il y avait un petit cours d’eau non loin qui tombait depuis les montagnes, une eau pure et millénaire, prête à écouter.
Arrivée au bord elle s’agenouilla et laissa sa main glisser dans l’onde qui coulait tranquillement, elle sentit la force de l’élément couler en elle, prête à entendre et à prodiguer sa sagesse aux oreilles de la jeune chamane.

Elle s’exécuta donc, ouvrant les paumes des mains et commençant d’amples et lents gestes des mains et des bras, décrivant des courbes et des cercles qui, même s’ils semblaient spontanés et aléatoires, avaient une signification précise.

C’était une communion, Korgena livrait ses sentiments, ses doutes et ses passions et l’eau lui répondait à sa manière, quelques boules d’eau sortirent du cours pour semble t’il, danser avec elle.

La jeune chamane laissa filer un petit rire enfantin, presque échappé du tréfonds d’elle-même sans qu’elle puisse le retenir, la joie revenait. Des larmes coulèrent le long de ses joues à mesure qu’elle se trouvait libérée de ses doutes, commençant à y voir clair, son avenir semblait défiler devant elle dans un tourbillon enivrant fait de visions et de volutes d’eau.

Quand elle s’arrêta enfin, le temps s’était écoulé sans qu’elle puisse le dénombrer en minutes ou en heures, la seule chose certaine était que la lune trônait toujours dans le ciel sans nuages.

Une voix étrange, presque éthérée, s’éleva derrière elle :

“Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant rit avec une chamane.”

C’était du Kalimag, la langue élémentaire, Korgena se retourna, avisant un élémentaire d’eau qui l’observait. Même si l’on ne pouvait lire ses traits, elle sentit qu’il était amusé, elle répartit :

“Euh... Mok’ra... ça fait longtemps que t’es la ?” Questionna t’elle entre la surprise et la honte de s’être fait surprendre en pleine danse.
“C’est une drôle de question ça... c’est toi qui m’as invoquée, j’ai senti ton appel et nous avons commencé à jouer, tu as déjà oublié ? Tu t’es cognée , chamane ?”

Korgena demeura un peu bête quelques instants, elle ne s’était même pas rendue compte de ce qu’elle venait de faire, elle s’était juste... “lâchée”.

“Tu es drôle et particulièrement pure, c’est peut-être ta jeunesse qui fait ça... les Chamans les plus vieux ne sont pas très amusants. Je vais rester avec toi, je t’aime bien. Oh et je m’appelle Kirva. Et non, tu ne peux pas m’appeler Kiki.”  
L’élémentaire parlait d’une voix qui donnait tout autant dans le mélodieux que dans la puissance d’un torrent de montagne au printemps, pourtant, Korgena savait d’instinct qu’elle pouvait s’en remettre à lui.

“Tu vas rester avec moi... Dabu... Hem enchantée, je suis Korgena Blancrin.” Elle eut un nouveau petit blanc, les évènements s’enchainaient un peu trop dans sa petite tête en une seule journée, elle dut remettre ses esprits en place avant de poursuivre.

“Mais rester... comment ça ? Tu vas me suivre partout ?” S’enquit-elle, s’imaginant déjà devoir partager ses bières avec un élémentaire d’eau.

“Tout dépendra de l’humeur et du moment mais saches que tu pourras m’invoquer aisément à ton envie désormais, évites juste de m’invoquer sur de la lave ou en plein désert ou... pour faire ta lessive, je déteste vos histoires de vêtements sales.”

Korgena approcha sa main de son bras et se pinça doucement puis assez fort, elle grimaça de douleur et en conclut qu’elle avait vraiment devant elle un élémentaire d’eau qui refusait de faire sa lessive. Improbable.

“C’est... vraiment n’importe quoi...” Marmonna t’elle.

“A chaman particulier, élémentaire particulier, tu croyais que nous sommes tous identiques nous autres élémentaires ? Eh bien non figures-toi, nous avons tous nos personnalités, Ragnaros par exemple, tu vois qui c’est ?” Korgena opina. “Eh bien lui c’était un sale con, même chez nous les rois peuvent être des gros cons, cela dit... les élémentaires de flamme sont assez cons en général.”

Il continua son discours sur les psychologies élémentaires devant une Korgena qui avait la bouche grande ouverte, interloquée et particulièrement hallucinée de ce qui se passait devant elle.

“... une chance encore que nous ayons Neptulon, il est un peu soupe au lait parfois mais nous l’aimons beaucoup, tu l’as déjà croisé ?” Korgena fit un petit non de la tête, commençant doucement à refermer la bouche. “C’est dommage, c’est quelqu’un qui gagne à être connu. Tu vas bien ? Tu as l’air fatiguée ?”

“La journée a été... compliquée” marmonna t’elle a petite voix.

“Oui, j’avais compris cela, tu as tout partagée.” Opina t’il sans pour autant qu’il y ait une pointe de jugement dans sa voix. “Pour le moment je vais m’en aller, tu dois dormir un peu. Nous nous reverrons bien vite.”

Et il disparut sans autre forme de procès laissant une Korgena interdite et fatiguée qui rentra rapidement pour quérir le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Chroniques de Korgena
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Chroniques d'un retour en Auvergne
» [Fluff perso] Les Chroniques d'Yggdrasil
» Chroniques Oubliées - Mini campagne médiéval fantastique pour joueurs débutants
» Chroniques d'un eldar noir (2000 pts) [genèse de listes, résumés de parties, ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escadron Loups de Guerre :: Activité jeu de rôle de la guilde :: Récits Rp divers-
Sauter vers: