Escadron Loups de Guerre

Guilde JDR serveur Kirin Tor (Horde)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Warcraft : Chronique II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Makuda

avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Warcraft : Chronique II   Mar 5 Sep - 16:09




Draenor Primordiale




Les échos du conflit


L'univers ne fut pas façonné par une main aimante ; il naquit de l'affrontement entre la Lumière et le Vide.
Le conflit permanent entre ces deux forces primordiales déclencha une cataclysmique explosion d'énergie. Dans les feux de la destruction, la réalité elle-même se forgea et prit corps.
Les échos de la lutte opposant la Lumière au Vide imprégnèrent ce nouveau royaume d’existence. Des énergies opposés déferlèrent dans le cosmos physique, appelé la Ténèbre de l'Au-delà. Chaque étoile, monde, et particule de magie reflétait les origines destructrice de l'univers.
Cet état de chose était particulièrement apparent dans le Néant distordu. Cette dimension astrale était liée à la Ténèbre de l'Au-Delà, mais constituait un royaume fondamentalement différent. Des magies volatile grouillaient dans le Néant et y entretenaient le chaos.
Quand la vie mortelle apparut dans l'univers, elle hérita de cette tradition de conflit. L'affrontement des forces opposées, des volontés et des idéologie devint la seule constante du cosmos.
Certaines créatures qui vivaient dans la Ténèbre de l'Au-delà se posèrent champions de l'ordre, de l'espoir et de la vie. Les divins titans incarnaient ces valeurs. Leurs esprits - connus sous le nom d'âme-monde - prirent forme dans le noyau en fusion  d'une poignée de mondes distincts.
Après avoir passé de nombreuses ères en sommeil, les colosses titans s'éveillèrent dans toute leur gloire, sous la forme de monde vivants. Ils parcoururent la Ténèbre de l'Au-Delà pour découvrir et éveiller d'autres âme-monde. Ce faisant, ils utilisèrent leurs pouvoirs considérables pour façonner et ordonner les mondes qu'ils rencontraient.
D'autre forces se dressèrent contre les titans, notamment des êtres sinistres appelés seigneurs du Vide. Ces derniers décelèrent chez les titans un grand potentiel comme futures armes du mal. Si un seul d'entre-eux cédait à la corruption des seigneurs du Vide, il pourrait être utilisé pour entraîner la fin de l'univers.
La fin de tout.
A de nombreuses reprises, leurs subtiles tentatives visant à corrompre les titans échouèrent. Influencer des titans adultes était impossible, mais qu'en était-il avant qu'il ne se réveillent ? Telle fut l'approche adoptée par les seigneurs du Vide. Ils concentrèrent toute leur malveillance et leurs sombres desseins sur la corruption d'une âme-monde en sommeil. Ils savaient que leur réussite n'était qu'une question de temps.
Les nombres titans n'avaient aucune connaissance des projets de leurs ennemis. Au fil de leurs qu'êtes des âmes-monde en sommeil, ils étaient entrés en conflit avec d'autre créatures sombres. Ces êtres répondaient à l'appel de la destruction, du chaos et de la mort. Ils existaient sous de nombreuses formes, parlaient une multitude de langues différentes. Cependant les titans ne les connaissaient que sous un seul nom : démons.
Les démons étaient issus des étendues brisées du Néant distordu. Nombre d'entre eux prospéraient par le biais de la magie gangrenée, laquelle était alimentée par la destruction de la vie. Les démons se taillèrent un chemin dans l'univers physique et firent des ravages dans les mondes ordonnés des titans.
Deux titans entrèrent en guerre cintre ces démons fauteurs de troubles. Ils s'appelaient Sargeras et Aggramar, et était les plus grands guerriers que l'univers connaîtrait jamais. Alors qu'ils traquaient les démons parmi les étoiles, ils virent des mondes mourir et des civilisations entière être réduites en cendre. Assister à ces horreur innommables ne servit qu'à les persuader encore plus du bien-fondé de leur combat. Cependant, la conviction de Sargeras avait ses limites. Au bout du compte, ce ne furent pas les démons qui brisèrent sa volonté.
Ce fut quelque chose de bien pire.

La Chute de Sargeras


Alors qu'il chassait seul les démons, Sargeras découvrit l'intention qu'avaient les seigneurs du Vide de corrompre une âme-monde en sommeil. Le doute envahit son esprit. Les seigneurs du Vide avaient-ils déjà réussi dans leur entreprise ? Même si ce n'était pas le cas, Sargeras savait qu'il était impossible de les arrêter. Les titans ne pouvaient surveiller l'univers tout entier en même temps.
Il réfléchit à un moyen de contrer les seigneurs du Vide, mais il parvint à une conclusion troublante. L’existence elle-même était souillée. La seule façon de sauver l'univers était de consumer toute la création. C'était drastique, certes, mais nécessaire. Cette perspective le peinait, mais un univers mort et préférable à un univers contrôlé par les puissances du Vide. Sa seule consolation était que si la vie était apparue auparavant dans le cosmos, elle en était de nouveau capable.
Il fit part de sa découverte à Aggramar et au reste du panthéon, et il proposa une solution extrême. Elle ne fut pas bien accueillie. Les autres titans le réprimandèrent pour avoir envisagé un tel projet. Aggramar lui-même, son plus proche ami, s'opposa à cette idée, convaincu qu'il était du devoir du Panthéon de sauvegarder la vie et de maintenir l'ordre dans l'univers.
A cet instant, Sargeras oerdit entièrement foi dans le Panthéon. Les autres titans n'avaient pas la volonté nécessaire pour accomplir ce qui devait l'être. et il ne perdrait pas plus de temps à supporter leurs critiques. Le champion abandonna ses alliés et disparut dans la Ténèbre.
Le Panthéon fut attristé par son départ, mais ses membres ne renoncèrent pas pour autant  à leur grande quête. Ils continuèrent d'explorer les confins de la création, à la recherche d'esprits titans en sommeil.
Pendant ce temps, Aggramar assuma seul la tâche d'affronter les démons. C'était un travail éprouvant, et il se languissait de l'époque où il combattait au côtés de Sargeras. Son seul espoir était qu'un jour son vieil ami reviendrait à la raison et rejoindrait leurs rangs.
De telles retrouvailles n'auraient jamais lieu. Sargeras avait pris sa décision. Il purifierait l'univers par le feu pour contrecarrer les plans des seigneurs du Vide. Et il ne mettrait fin à sa quête - sa Croisade ardente - que quand chaque étoile serait éteinte et l'univers réduit à un champ de braise.
Malgré l'immensité de son pouvoir, il ne pouvait entreprendre seul sa Croisade ardente. Il avait besoin de serviteurs loyaux, des serviteurs qui embrasseraient leur rôle d'agent de la destruction. Il avait besoin des créatures même qu'il avait autrefois juré de détruire.
Il avait besoin des démons.
Sargeras rallia les êtres malfaisants à ses côtés, et se livra à la terrible puissance de la magie gangrenée. Cette énergie destructrice enveloppa son âme et dégrada à tout jamais sa noble forme, mais elle lui accorda également un pouvoir qui dépassait tout ce qu'il avait connu.
Le titan corrompu attribua une partie de ce nouveau pouvoir à ses acolytes démoniaques, les unissant dans les feux émeraude de la magie gangrenée. Il nomma son armée la Légion ardente, et il la lâcha sur l’univers inconscient du danger qui le menaçait.
Au fil du temps, de nouveaux types de démon viendraient grossis les rangs de la Légion. Les uns après les autres, les mondes tomberaient sous leurs assauts incessant. Des civilisations mortelles rejoindraient de leur plein gré la Légion pour échapper à l'oubli. D'autre seraient corrompu par la force.
Et d'autre encore seraient anéanties pour toujours.

Dans Warcraft : Chronique 1:
 

Draenor et le Lacis

Avant que la Légion ardente ne lance sa croisade, un petit monde prit forme dans un recoin éloigné de la Ténèbre. Il serait connu sous de nombreux noms lors des âges à venir. Les puissants ogres l'appelleraient Dawgar, ce qui signifie "la Terre connue" dans leur langue grossière. Une race aviaire intelligente, celle des arakkoa, le nommerait plus tard Rakshar, "la Pierre-soleil".
Dans l'ère moderne, le nom le plus courant pour ce monde serait Draenor.
Draenor ne contenait pas une âme-monde en sommeil, mais elle était remarquable sur d'autre plans. Presque tous les mondes existants abritaient des esprit élémentaires de feu, d'air, de terre et d'eau. Ces êtres primordiaux s'avéraient parfois extrêmement destructeurs. Ils adoptaient une fome physique et entraient en guerre les uns contre les autres, maintenant leurs mondes respectifs dans un état d'agitation constante.
Ce n'était pas le cas de Draenor. Présent en abondance, le cinquième élément - l'Esprit de vie - avait saturé le monde. Cette force avait naturellement un pouvoir apaisant sur les esprits élémentaires. Elle tempérait leur nature violente, et les empêchait même de prendre une forme physique.
Le cinquième élément eut un autre effet bien plus extraordinaire sur Draenor. Il accéléra la croissance de la flore et de la faune et fit de ce monde un berceau de vie sauvage et bouillonnante.
Des créatures de toutes formes et de toutes tailles arpentaient ce jeune monde et s'en disputait la domination. Le fort s'en prenait au faible. Le rusé s'en prenait au fort. La brutalité devint cruciale pour la survie.
Les plus grands prédateurs de Draenor ne chassaient pas avec des crocs ou des griffes. Ils chassaient avec des racines et des épines.
Une plante carnivore et invasive avait germé sur la planète. Ces formes de vie était connues sous le nom de mégaspore. Leurs lianes semblables à des vrilles rempaient en ondulant sur la terre et étranglaient toute bêtes primitives qu'elle parvenaient à atteindre. A mesure qu'elle grandissaient, les mégaspores dévoraient encore et encore et encore. Leur appétit et leur besoin de s'étendre ne connaissaient aucune limite. Elles s'épanouirent en montagnes vivantes de ronces inextricables et de cosses toxiques.
Là où les vrilles des mégaspores rampaient sur le sol, des forêts luxuriantes et des bourbiers marécageux apparurent. Rapidement, un dense labyrinthe d'étendues sauvage s'étira jusqu'aux confins du monde.
Les énergies élémentaires de Draenor elles-même n'étaient pas à l'abri des mégaspores. Les racines de ces derniers s'insinuèrent dans les profondeurs du sol, en quête d'eau. Ce faisant, elles puisèrent dans le cinquième élément, qui imprégnait la roche et le sol de Draenor. L'absorption de cette énergie primordiale instilla une grossière conscience collective chez les mégaspores et la végétation environnante. Cette intelligence nouvelle permit aux plantes de Draenor d'agir comme un unique et immense organisme. Les mégaspores et toutes les autres formes de végétation furent alors connues sous le seul nom de lacis.
Si une menace majeure se manifestait, le lacis pouvait réagir à l'unisson. Cependant, de telles menaces était inexistantes. Le lacis dominait tout à perte de vue, et rien ne pouvait entraver sa croissance.

Le domptage de Draenor

Alors qu'Aggramar continuait sa lutte contre les démons, sa grande mission l’amena un jours près de Draenor. Il s'attarda alors sur ce monde, le scrutant à l'affût des rêves d'une âme monde. Mais il n'en eu aucun. Cependant, il était intrigué par cette vie végétale qu'il n'avait encore jamais vue, une végétation si vorace et diversifié, un lieu où régnait une telle sauvagerie.
Plus Aggramar observait le Lacis, plus il prévoyait un funeste destin pour Draenor si il laisser le Lacis agir ainsi. Il savait que la végétation consumerai absolument tout, même les esprits élémentaires et pour finir, elle se dévorerai elle-même. Ainsi Draenor ne serait devenu qu'un désert sans vie... Une pierre flottante dans l'univers.
Aggramar avait beau être impatient de reprendre sa guerre contre les démons. Il ne pouvait pas abandonner Draenor à ce sombre destin. Son affinité naturel avec l'ordre le poussé à agir.
Il ne souhaiter pas détruire toute vie végétale en Draenor, mais plutôt la tempérer. Pour y parvenir il devait neutralisé les Mégaspores, qui était au cœur du pouvoir du Lacis, et de son expansion galopante.
Aggramar songea à les détruire lui même, cependant son pouvoir était si colossal qui risquait d'endommager la planète, voir de la détruire. Il décida alors de créer un puissant serviteur.
Il passa sa main colossale sur le monde et entrelaça ses énergies de feu, d'air, de terre et d'eau jusqu'à former une immense tempête élémentaire. Il canalisa les vents rugissants dans la plus grande montagnes de Draenor. Les énergies s'engouffrèrent avec fracas dans la croûte du monde et envoyèrent des ondes de choc à travers tout le globe. Puis la montagne elle-même s'éveilla avec un grondement et se dressa sur deux jambes gigantesques. Un pouvoir élémentaire pur crépitait sur sa surface escarpée, sillonnée par des veines de lave.
Il baptisa sa création Grond. Il serait le bras droit du titan sur Draenor.
Au commandement du titan, Grond entreprit de diviser et conquérir le Lacis. La montagne vivante arpenta pesamment le monde, laissant derrière elle des lacs de feu élémentaire à chaque pas. Grond dragua les océans, creusa des vallées et érigea des montagnes pour séparer le Lacis. Puis il se dirigea vers la mégaspore la plus proche, laquelle était presque aussi haute que le géant.
Ses racines noueuses jaillirent hors du sol pour enserrer Grond et lui barrer la route. Le géant les pulvérisa sans effort. Grond enfonça ensuite ses doigts crevassés dans la mégaspore, puis il l'arracha à la surface du monde d'une unique et puissante traction.
Les autres mégaspores frémirent de souffrance face à la destruction de leur semblable. Les racines et les lianes ne suffiraient pas à abattre Grond. Les mégaspores avaient besoin d'une nouvelle arme. Elle avaient besoin de s'adapter.
Chaque mégaspores aspira l'essence vitale des forêts et des jungles environnantes, ne laissant à leur place que des bandes de terre asséchées. Imprégnées de ces énergies, les mégaspores se dressèrent pour arpenter le monde.
Il y avait trois mégaspores en tout, et chacune d'entre elles personnifiait une région différente du domaine du Lacis. La première s'appelait Zang, des bourbiers marécageux et des amas de champignons luisaient à sa surface. La deuxième, Botaan, était recouverte d'une forêt primitive. La dernière des mégaspores était connue sous le nom de Naanu, et elle arborait une toison de jungles impénétrables.
De concert, les mégaspores se mirent en marche contre Grond. et Draenor plia sous le poids des géants en guerre.

La chute de Grond

Depuis les cieux surplombant Draenor, Aggramar regarda les mégaspores converger sur Grond. Zang. Botaan et Naanu était  déterminées à préserver le lacis, quel que soit le prix à payer. Elles firent appel à leur fureur primaire, et flagellèrent Grond avec es lianes si dures qu'elles auraient pu fendre du diamant. D'immenses roches se détachèrent de la peau du géant. Les pierres s'écrasèrent au sol avec suffisamment de force pour creuser des vallées et fracasser des cimes montagneuse.
Grâce à leur conscience partagé, les mégaspores se déplaçaient comme un seul être. Elles étaient sur le point de submerger Grond, et celui-ci oscilla, près de s'effondrer.
Mais cela ne dura qu'un instant. Tout comme Aggramar, Grond possédait une volonté d'acier. Il n'abandonnerait pas avant d'avoir restauré l'équilibre de Draenor.
Des tempêtes élémentaires s'animèrent en hurlant sur le corps de Grond alors qu'il rassemblait ses forces et se lançait sur les mégaspores. Il les martela de ses poignes aussi lourds que des montagnes. Chaque coups arrachait des fragments aux géants verdoyants. Des racines brisées et des graines tombèrent en pluie des mégaspores et s'abattirent sur la terre.
Grond était impitoyable, mais les mégaspores ne cédaient aucun pouce de terrain. Elles endurèrent le courroux du géant élémentaire et poursuivirent leur combat pour la domination du monde. Le cours de la bataille ne cessait d'osciller entre les deux camps, et la croûte du monde trembla et craqua sous leurs pieds.
Les mégaspores avaient beau être résistantes, elles ne pouvaient pas tenir éternellement face aux attaques de Grond. Zang fut celle qui souffrit le plus sous les coup du géant élémentaire. C'était la plus petite des mégaspores, et elle fut la première à tomber lors du combat.
Grond se saisit de Zang et déchira la monstrueuse créature en deux. Son cadavre en lambeaux s'abattit à la surface du monde avec un coup de tonnerre assourdissant. Dans les âges à venir le corps pourrissant se transformerait en une région fongique connue sous le nom de mer de Zangar.
Grond poussa son avantage sur Naanu et l'écrasa entre ses mains implacables. La mégaspore s'écroula au sol, sans vie. Sa forme brisée sombrerait lentement dans la terre et deviendrait la région de la jungle de Tanaan.
Deux mégaspores étaient tombées sous les coups de Grond. mais la longue bataille avait entamé sa silhouette puissante. Il n'était plus que l'ombre de lui-même, parcouru de crevasses et de fissures.
Botaan perçut l'état de faiblesse de son ennemi, mais elle avait besoin de pouvoir pour vaincre Grond. Elle aspira alors l'essence vitale faiblissante des corps de Naanu et de Zang drainant leurs énergies jusqu'à atteindre une taille monstrueuse.
Malgré sa nouvelle force, Botaan se montrait prudent. Elle esquivait les attaques directes de Grond tout en empêtrant son ennemi dans un millier de petites lianes. Les brilles épineuses se resserrèrent autours de lui et s'insinuèrent graduellement dans les crevasses et les plaies de son corps.



Grond considéra les lianes comme un simple désagrément et les ignora. Cependant, à mesure que les vrilles foraient un chemin de plus en plus profondément en lui, il prit conscience de la véritable mence qu'elles représentaient. Mais il était déjà trop tard.
Les vrilles écartèrent les bords de ses blessures et provoquèrent l'apparition de nouvelles fissures sur tout son corps. Le géant s’effondra sous son propre poids et tomba en morceaux. La masse laissé par son cadavre forma par la suite une chaîne de montagnes en bordure d'une région, connu sous le nom de Nagrand.

Le sang des géants.

Au cours de la bataille opposant Grond aux mégaspores, des fragments des colosses étaient tomber sur la terre et avaient donné naissance à de nouveaux type de créature.
Les graines et les racines qui avaient chuté de Zang, Naanu et Botaan contenaient une petite portion de leur essence vitale. De nombreux êtres uniques émergèrent de cette matière végétale. Les plus fort étaient des géant pesants appelés les génésaures. Une crinière de feuille épaisses couvrait la peau de ces êtres à quatre pattes. Malgré leur taille énorme, il était incroyablement vifs et agiles.
A l'image de la matière végétale qui était tombée des mégaspores, les roches qui s'étaient détachées de Grond grouillaient d'essence vitale. Les plus fros rochers s'animèrent sous la forme d'être conscient appelées les colosses. Même s'ils n'étaient pas aussi puissants que Grond, leurs ombres ne s'en étendaient pas moins largement sur le monde.
Une grande partie des débris de pierre tombés de Grond contenaient également les éléments primordiaux du feu, de l'air, de la terre et de l'eau. Ces énergies s'agglutinèrent peu à peu pour former des bassins de pouvoir, au sein desquelles des esprits élémentaires adoptèrent pour la première fois dans toute l'histoire de Draenor une forme physique. Sans la présence des mégaspore, leur apparition n'aurait pas été possible. Ils avaient dévoré la majorité du cinquième élément, permettant aux esprits élémentaire d'accroître leur pouvoir.
Ces esprits étaient initialement peu nombreux, mais après la défaite de Grond leur population explosa. D'immenses quantités de pouvoir élémentaire s'étaient écoulées de son cadavre. En conséquence, d'innombrables élémentaires physiques émergèrent autours des restes montagneux de Grond. Les Fureurs en faisaient partie. C'étaient les esprits élémentaires les plus puissants de Draenor, et elles demeuraient près des vestiges de la tête de Grond. Leurs noms était Incineratus, Fureur du feu. Aborius, Fureur de l'eau, Gordawg, Fureur de la terre et Kalendrios, Fureur de l'air.
Les quatre Fureurs pleurèrent la mort de Grond, et firent le voeu de rester à jamais dans l'ombre de son corps. Le site que ces êtres appelleraient leur foyer serait connu par les cultures mortelles futures de Draenor sous le nom de Trône des éléments.


Dernière édition par vallerian le Lun 11 Sep - 14:58, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makuda

avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Re: Warcraft : Chronique II   Lun 11 Sep - 13:17

Dans l'ombre de Grond


Quand les colosses apparurent sur Draenor, Aggramar sentit son espoir renaître. Les créatures n'étaient pas aussi puissantes que Grond, mais elles étaient nombreuses. Aggramar était sûr qu'elle pouvait détruit Botaan et restaurer l'équilibre de Draenor, mais elles auraient besoin de son aide.
Il façonna alors d'immenses disques de pierres à partir des restes de Grond, et y imprima les runes de pouvoir des titans. Il fusionna ces objets sur la peau burinée des colosses, comme les plates d'une armure.
Les disques imprégnèrent les géant d'énergie primordiale, améliorant leur force et leur résistance.
La nouvelle puissance des colosses tombait à point nommé. Maintenant que plus rien ne s'opposait à eux, Botaan et les génésaures avaient le champ libre sur Draenor. La mégaspore et ses alliées cultivaient le lacis et s’emparaient des territoires détruits par Grond.
Avant que Botaan puisse totalement restaurer le lacis, Aggramar libéra les colosses. Il en avait beaucoup appris sur la mégaspore en observant son combat contre Grond. Il connaissait ses forces et ses faiblesses et il transmit ce savoir aux colosses.
Alors même que ces derniers entamaient leur marche, Aggramar sentit une vague d’énergie ténue se propager dans la ténèbres de l'Au-Delà. Sa source était reconnaissable entre toutes : c'était le râle d'agonie d'un constellaire. Ces êtres célestes montaient la garde sur les mondes ordonnés par les titans.
La mort de l'un d'entre eux était un sombre présage. Quelque chose avait vaincu le constellaire.
Même si son travail sur Draenor était loin d'être terminé, Aggramar ne pouvait rester. Il devait découvrir ce qui avait tuer le constellaire et s'assurer que le monde le plus proche n'était pas en danger.
Il chargea les colosses de vaincre le lacis en son absence. Il leur dit adieu, jurant de revenir un jours. Puis il s'élança parmi les étoiles.
Il ne reverrait plus jamais Draenor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makuda

avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Re: Warcraft : Chronique II   Lun 11 Sep - 13:43

Le Sacrifice des colosses


Les colosses ne sauraient jamais ce qu'il était advenu d'Aggramar. Ils avaient une fois absolue en le retour de leur maître titan. Les géant étaient déterminé à ramener l'équilibre sur Draenor avant de sa réapparition, mais la tâche qui les attendait était immense.
Le lacis recouvrait désormais une grande partie du monde. Avec la prolifération de la végération, la puissance de Botaan avait crû : la monstrueuse mégaspore éclipsait maintenant Grond en taille et déambulait dans les jungles épaisses situées au cœur du lacis, entourée par des centaines de génésaures.
Mettant à profit le savoir transmis par Aggramar, les colosses cherchèrent un moyen de vaincre la mégaspore. Prendre d'assaut le lacis, où Botaan était la plus puissante, serait suicidaire. Ils devaient attirer leur ennemi et ses alliés loin des jungles s'ils volaient avoir une chance de réussir.
Les colosses se réunirent à la frontière du lacis et se mirent à abattre les arbres de la forêt. Comme ils l'avaient espéré, ils s'attirèrent la fureur de Botaan.
La mégaspore ameuta ses génésaure et se précipita vers les colosses qui perturbaient son domaine.
Alors que l'ombre de Botaan s'étirait dans leur direction, les géants de pierre battirent en retraite dans les ravins et les collines arides au-delà du lacis, où ils pourraient utiliser le terrain à leur avantage.
Botaan les suivit sans hésiter, ne considérant ces colosses que comme la pâle copie de Grond. Quand la mégaspore s'aventura hors des frontières du lacis, les colosses attaquèrent. La plupart des géants de pierre s'étaient allongés ici et là parmi les rochers du paysage, afin de masquer leur vrai nombre. Ils jaillirent soudain hors de leurs cachettes, et leur pleine puissance s'abattit sur Botaan et ses génésaures.
La guerre qui s'ensuivit allait sévir sur Draenor pendant des milliers d'années. Le contrôle du monde oscillait constamment entre les colosses et les agents du lacis.
Au fil du temps, ces batailles prélevèrent leur dû sur les colosses. Beaucoup d'entre eux succombèrent face à Botaan et ses génésaures, leurs corps brisés parsemaient le sol. Tout comme les géant de pierre était nés des fragments de Grond, la nouvelle créatures appelées magnarons émergèrent des restes des colosses.
Les magnarons n'était ni aussi grand ni aussi intelligents que les colosses, mais ils maniaient un pouvoir immenses. Des veines de lave et d’énergies élémentaire pure traversaient leur peau rocailleuse.
Les colosses firent appel aux magnarons pour combattre le lacis, mais ceux-ci n’obéirent pas. Même si, de par leur nature, les géants en fusion étaient opposés au lacis, ils ne ressentaient aucune loyauté envers leurs géniteurs. Certes magnarons combattirent les génésaures qui croisèrent leur chemin, mais la plupart d'entre eux s'aventurèrent dans les étendues désolées de Draenor pour chercher des zones d'activité volcanique.
Leur nombre diminuant, les colosses ne pouvaient plus rien faire pour empêcher Botaan d'entendre le lacis. A moins d'une action drastique, les géants de pierre étaient condamné à échouer. La plupart des colosses se rassemblèrent pour une dernière bataille. Leur surface était usée et craquelée par des millénaires de lutte, mais les reliques des titans incrustées sur leur peau contenaient toujours un immense pouvoir.
C'est avec ce pouvoir qu'ils se sacrifieraient et rétabliraient l'équilibre du monde.
Les colosses s'enfoncèrent dans le lacis et déferlèrent sur Botaan. Ils plongèrent leurs mains rocheuses dans la mégaspore et s'y accrochèrent de toutes leurs forces. De concert, les colosses relâchèrent l’énergie stockée dans leurs reliques et la canalisèrent à travers leur corps pour la transférer en Botaan.
Une monstrueuse explosion déchira la mégaspore et les colosses. Elle fut d'une intensité telle qu'elle fit voler leurs corps en éclats et les dispersa à la surface de Draenor.
Le râle d'agonie de Botaan embrasa chaque racine et chaque feuille du monde. Des forêts luxuriantes flétrirent, et des centaines de génésaures s'abattirent brusquement. Pendant un bref instant, l'intégralité du lacis trembla, partageant la souffrance de Botaan lors de son annihilation.
Puis le silence se fit. Plus aucune pensée ou émotion n'habitait la vie végétale du monde. La chute de Botaan avait détruit la conscience collective qui connectait les plantes sauvages de Draenor.
Les colosses avaient triomphé, mais le prix qu'ils avaient payé était terrrible. Aucune créature de naîtrait plus jamais de leurs restes. Toute essence vitale avait été consumée en eux quand ils avaient puisé dans les reliques des titans, et leurs cadavres étaient calcinés. Au fil du temps, leurs corps brisés s'enfonceraient dans la terre et se changeraient en veines d'un métal presque indestructible, le minerai rochenoire.
Contrairement à ceux des colosses, le corps de Botaan contenait encore de puissantes énergies vitales. Des forêts et des jungles surgirent de la terre là où les fragments de la mégaspore étaient tombés. La masse de son corps se changea en une région foisonnante de vie, qui serait plus tard connue sous le nom de Farahlon.
Les génésaures, ainsi que d'autre créatures végétales, continueraient à proespérer dans ce havre, mais ils n'auraient plus de mégaspore pour les unir vers un seul but et guider leur volonté collective.
Le lacis n'était plus, mais Draenor n'était pas pour autant en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makuda

avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Re: Warcraft : Chronique II   Lun 11 Sep - 13:53

Le destin d'Aggramar

Après son départ de Draenor, Aggramar découvrit que le constellaire avait été éliminé par la Légion Ardente. Il traqua cette vaste armée démoniaque, pour découvrir finalement qu'elle était menée par son mentor bien-aimé, Sargeras. Aggramar exigea que le titan corrompu lui fournisse une explication, mais il n'en reçut aucune.
Sargeras n'abandonnerait pas la Croisade ardente qu'il avait entamée pour exterminer toute vie dans le cosmos. Ni pour Aggramar, ni pour quiconque.
Le mentor et son protégé en vinrent aux coups. Aggramar ne pouvait tenir tête à Sargeras et à son pouvoir gangrené. Il fuit la bataille et rassembla le reste du panthéon dans le but d'arrêter leur frère déchu.
Malgré sa confrontation précédente avec Sargeras, Aggramar s'obstina à croire qu'il pouvait ramener son ami dans le camp du bien. Il essaya une dernière fois de le raisonner, tentant de réveiller le peu de noblesse qui subsistait dans l'âme de son mentor.
En réponse, Sargeras l'anéantit.
Sous le choc, les membres du panthéon entrèrent en guerre contre Sargeras et sa Légion. Leur bataille apocalyptique déforma la réalité et obscurcit les étoiles.
Mais Sargeras finit par avoir le dessus. Il engloutit ses semblables dans un torrent de feu gangrené et pulvérisa leurs formes physiques. Leurs les esprits désincarnés des titans survécurent à l'attaque. Ils échappèrent au courroux de Sargeras, mais ne seraient plus jamais les mêmes.
La Légion Ardente était victorieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Warcraft : Chronique II   

Revenir en haut Aller en bas
 
Warcraft : Chronique II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma galerie Warcraft III
» LA BO de World Of Warcraft 2 enfin dévoilée !!
» Quel bon système de combat pour World of Warcraft ?
» warcraft 4???
» Warcraft : Total War

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escadron Loups de Guerre :: Activité jeu de rôle de la guilde :: Récits Rp divers-
Sauter vers: